AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (libre) 1, 2, 3, SOLEIL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

MessageSujet: (libre) 1, 2, 3, SOLEIL.   Jeu 11 Oct - 18:10


joue avec moi.

Encore une soirée seule face à l’océan. Qu’importe le vent, le ciel menaçant et la nuit qui, dans peu de temps, va m’engloutir. Une de mes jambes pend dans le vide, comme si elle voulait s’y laisser tomber. Je sais bien que c’est impossible, mais le rien, le néant, m’a si souvent tenté. Mon regard est perdu au loin, dans cette étendue bleue qui n’en finit plus d’aller et venir, qui danse, qui crie, qui m’hypnotise. Face à elle, j’ai la folle impression d’être enfin capable de me vider la tête. De tout oublier, de faire table rase du passé et de m’inventer des jours nouveaux – jours heureux. Je me surprends à sourire, à rêver, à m’évader. Comme si une autre vie était possible, une vie sans blessures, sans amours déçus, sans vaines confrontations avec Adriel, sans cette mère qui me regarde de travers et sans ventre qui crie. Du bout de mon esprit, je caresse les limites du possible, je prends goût à m’y perdre sans crier gare, à fermer les yeux pour laisser l’impossible me submerger, comme une vague d’infini. Je deviens princesse ou Américaine, je mets à profit tout ce que m’a appris le maître et je vis en Angleterre ou à Tokyo. Je deviens quelqu’un, je me fonds dans une masse d’inconnus sans prénoms et sans visages, je suis comme eux, et c’est bon, et c’est bon. Les vagues me bercent et les yeux mi-clos, je parle seule.

Sofia. Je m’appellerais Sofia et je serais Russe. Je serais princesse. Ou bien avocate. Oui, oui. Je suis avocate. J’aurais un mari. Un ou deux enfants. Je ne sais plus. Non. En Russie, je crois qu’il fait froid. Trop froid pour moi. Et pourquoi pas le Brésil ? J’efface tout, je me dessine une autre vie et je plonge à l’intérieur une nouvelle fois. Voilà. Voilà comment fonctionnent ces soirées en solitaire, si proche du vide, au-dessus de tout et de tous. Si près de la vie.

Et puis, sans que je n’y prête attention, la pluie commence à tomber. Je crois que c’est elle qui me ramène à la réalité. J’ouvre tout à fait les yeux. L’océan, à mes pieds, s’agite. Il devient fou. Les vagues se brisent en contrebas et de nombreux éclairs déchirent le ciel, au loin. Je ne devrais pas rester là. Je devrais rentrer chez moi, me mettre en chaud. Lire un bon livre. Boire du thé. Etre comme n’importe quelle jeune fille sensée et ne pas rester immobile. Mais bien sûr, je ne suis pas ce genre de fille. Et je reste. La bouche entrouverte et les yeux écarquillés.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: (libre) 1, 2, 3, SOLEIL.   Dim 18 Nov - 12:34



arrêt sur image

stop, ne bouge plus

▌▌



La nuit ne va plus tarder. J'ai parcouru le village, je me suis perdu sur la plage puis j'ai commencé à grimper pour rejoindre les falaises. Il est rare que m'y rends mais l'envie était là. Je parcoure les derniers échelons, le souffle coupé par l'effort que cela demande. Je veux juste contempler l'horizon sans trop de limites. Je marche seul,la veste nouée autour de la taille. J'avais eu chaud. Arrivé tout en haut, je suis comme soulagé d'un point. L'air marin me parvient déjà malgré que je ne sois pas au bord du gouffre. Il me semble même que le parfum du sel est plus intense à cette hauteur. Je perçois la mélodie des vagues qui lèche la roche brute.

Je lèves la tête. Le phare me surplombe. Son entrée est condamnée. Combien de fois depuis que je suis là, je me suis demandé...comment y entrer ? Le plus surprenant - le plus étrange, arrive quelques soirs. Tandis que je suis allongé dans mon lit ou bien même quand je me retrouves encore dehors, la lumière du phare traverse les rideaux de la chambre ou me surprend quand je suis un simple promeneur nocturne. Comment l'expliquer ? D'après ce que j'ai put capter des conversations entre villageois, cela a toujours été comme ça. Le phare a fermé depuis longtemps mais il arrive quelques soirs que sa lumière se projette jusqu'à l'horizon. L'on raconte que cela se produit quand un nouvel arrivant s'apprête à aborder Almayer. Pour combien de temps ? Pourquoi ? Ce sont des questions sans réponses mais le but du voyage tout le monde le sait : une renaissance et c'est simplement ça qui compte. Et non pas le passé. Voir plus loin, réapprendre à se projeter dans un futur. Réapprendre la foi. Croire au destin. Qu'importe d'où on vient, les raisons.

Je progresse seul, pensant le rester jusqu'à ce que je redescends au village. Il y a des jours comme ça, où l'on ne s'attend pas à emprunter la même route que quelqu'un d'autre. Et pourtant c'est bien une voix que j'entends un peu plus loin. Celle ci est douce, presque cristalline. « Sofia. Je m’appellerais Sofia et je serais Russe. Je serais princesse. Ou bien avocate... » J'ai ralenti ma marche histoire de ne pas faire trop de bruit. Je vois pour l'instant, que quelques arbres mais je devines dans le feuillage épais des buissons une silhouette. La jeune fille est là, seule - j'aurais pourtant parié qu'elle était avec quelqu'un. Elle rêve simplement, la tête en arrière. J'apparais plus distinctement. L'inconnue m'est également plus détaillée. Ses cheveux longs recouvrent son dos jusqu'au creux de ses reins. Son corps est menu. Je me pince la lèvre inférieure en pensant ne l'avoir jamais vu. Elle s'accroche aux rêveries comme elle joue avec le danger - ainsi perchée au dessus du vide. Je ne dois pas lui faire peur. La voir tomber pour périr dans la bouche géante de l'océan serait impossible à supporter. Alors j'avance doucement, encore un petit peu.

Je suispresque à sa hauteur mais prends soin de ne pas me montrer. A la fois pour éviter un accident si je l'effrais mais aussi pour la regarder encore un peu dans sa solitude. Malgré qu'il pleuvine je reste là, contemplant une sorte de beauté de la nature. Curieux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: (libre) 1, 2, 3, SOLEIL.   Lun 26 Nov - 15:41


joue avec moi.

Les gouttes ruissellent sur mon visage et inondent mon gilet trop fin. Je retiens un frisson. J'ai la folle envie de crier, mais Sophia ne crierait pas. Et je suis Sophia, je suis Sophia, la russe Sophia. Un frisson parcourt mon échine. Je n'ai pas froid. Je ne crois pas avoir froid. Mes pieds se balancent, dans un rythme de plus en plus rapide. Un minuscule caillou tombe – je suis sa chute du regard, retenant mon souffle. Et si c'était moi ? Et si je tombais, moi aussi ? Plouf. Il explose sur les rochers et j'imagine le sang et le bruit des os qui se brisent. Nouveau frisson. Je relève la tête et offre mon visage à la pluie et aux nuages, de plus en plus gris. Peut-être que la tempête arrive.
Un bruissement attire mon attention. Juste derrière moi. Presque rien. Je ne sursaute pas. J'imagine que c'est un oiseau ou le vent. Un rien du tout. J'écoute, encore. Craquement. Léger. Comme un pas – sur la pointe des pieds – sur une branche sèche qui se brise. Je souris. Un regard me réchauffe le creux du dos, électrise ma colonne vertébrale.
Je me retourne. Tout doucement. Au début, je ne le vois pas. Je cherche, laissant à mes yeux le temps de s'adapter au feuillage et à ses ombres. Et puis, son regard m'attrape et je ne vois plus que lui. Nous restons immobile, un instant. Je ne le vois pas bien, mais je suis certaine de lui être inconnue. À l'intérieur de mon crâne, tout va très vite. S'il ne me connait pas, alors je peux. Je peux être qui je veux, je peux lui faire croire que je suis une autre, je peux faire comme si Sophia c'était vraiment moi. Sophia. Russe. Vingt-six ans. Née ailleurs. N'importe où. Je me mords la lèvre un instant – qui semble durer une éternité – sans lâcher ses yeux. Si seulement il savait tout ce qu'il se passe dans mon crâne.
Je me redresse, me relève. Mon pieds glisse sur le sol humide, je me rattrape comme je peux. Ne pas tomber. Ne plus tomber. Je veux jouer à faire semblant, je veux jouer à la poupée – je veux jouer à être la poupée, pour de vrai. Faire de moi ce que je veux.
D'une démarche avancée, je vais à son encontre – Sophia est assurée, Sophia n'a pas peur des hommes. Je lui tends la main. Souriante. Alors qu'à l'intérieur ça crie, ça crie, ça crie. Comme toujours. Ma voix se fait douce. Peut-être un peu trop. Sophia. Le regard qui ne vacille qu'une seconde. Et toi ? Court. Concis. Efficace. Ne pas se tromper. Ne pas trembler. Sophia ne tremble pas.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (libre) 1, 2, 3, SOLEIL.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(libre) 1, 2, 3, SOLEIL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Seule au coucher de soleil (libre)
» Baignade sous le soleil de midi [Libre]
» Y'a du soleil et des nanas!! [libre]
» Deux hommes torses nus au soleil... trop beau pour être vrai ? (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
océan mer ♒ :: joue avec moi. :: version trois.-