AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 L'ENFANT SEUL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
âge : 29
avatar : kiko mizuhara
crédits : wkoi.

MessageSujet: L'ENFANT SEUL.   Sam 2 Juil - 21:08

« T'es comme une bougie
Qu'on a oublié d'éteindre dans une chambre vide, Tu brilles entouré de gens sombres voulant te souffler Celui qui a le moins de jouets Le moins de chouchous Celui qu'on fait chier Le coeur meurtri et meurtrière est ta jalousie; L'enfant seul se méfie de tout le monde, pas par choix, mais dépit, pense qu'en guise d'amie Son ombre suffit »
WKOI./YŌKO/KIKO MIZUHARA/les jours s'en vont, je demeure/(©OXMO PUCCINO)

YŌKO


feu de joie
Il mate par la vitre, la solitude qui le mine fait passer la quinine pour un sucre, faut être lucide, il faut qu'on se libère, disent-ils - Préfecture d'Ibaraki, maison d'enfants d'Oarai, terrain vague. « 行きます ! » (c'est parti!) des feux d'artifice volés au tabac-presse qui claquent, l'air est lourd, été. Ils sont cinq jeunes enfants, ni frères, ni cousins, juste des gosses et leurs parents fatigués, plus d'amour. Elle court des étincelles au bout des doigts dans l'herbe qui griffe comme une vilaine chatte. Le crépuscule s'éternise quand il fait chaud. On entend le foin sous leurs mauvaises chaussures, les rires et les cris, les cigales qui ronronnent comme de vieux capots de bagnole. Pour un instant on marche avec le bonheur. Un bonheur de gamin lancinant, terrible. Ce soir on dormira dans une chambre vide de caresses, on dormira comme un enfant seul.

l'inconnu(e)
Grandir sans père c'est dur, Même si la mère persévère, Ça sert, mais pas à trouver ses repères c'est sûr ! Perdre sa mère c'est pire ! Demande à Pit j't'assure, T'as pas saisi enlève la mer de la Côte D'Azur. - Un enfant. Elle n'a eut que ça en tête, peut-être depuis le début des temps. Un enfance comme une insulte à la sienne. Un enfant amour. Un enfant pour faire la paix, un enfant soleil, c'est idiot car c'est son nom, Yōko, l'enfant soleil. Elle pense à une mère accablée de l'avoir portée, folle aux mains incapables. Des mains décharnées qui ne tiennent même pas un bol de céréales, comment veux-tu ? Elle pense à un père terrifié qui va passer sa vie contre le sein froid de sa femme. Le cœur faible, l'amour sans courage. Elle pense à une grande maison qui n'a de foyer que le nom. Elle se dit que ce qu'elle veut, c'est un enfant pour guérir de l'enfance.

l'amant
Une solitude qui te suit jusque dans le sexe, Mon texte coupe l'enfant seul en deux espèces : Ceux qui baisent à l'excès mais souhaiteraient se fixer à une femme plutôt qu'à mille fesses – Amant, amante, à quinze ans découvrir que le corps ensorcelle. « L'amour comme tu le fais c'est de la magie blanche. » Enrouler les regards dans une grande bobine, la dérouler un peu pour y lire son propre désir. Désir de corps, de sucs, bientôt assouvi par des hommes et des femmes croisés au détour d'une phrase, comme saisis. Il suffit d'être saisis par ce pincement au cœur, une bouche entrouverte, une main timide. Alors c'est l'invitation au voyage, on se surprend et on se réinvente dans les bras de l'autre, à la recherche d'un peu de tendresse. On se dit souvent qu'on arrivera un jour dans un port, on sautera du bateau et on lèvera la tête pour croiser le regard de celle qui nous invitera à rester. On balayera les corps, promesses d'une nuit affadies par les jours, car il nous faudra plus d'une vie pour découvrir celle qui reste, celle qui dure.


mise en situation

Le pinceau à la main, il scrute l'horizon. vite, trop vite, le soleil se laisse avaler par les vagues et l'obscurité enveloppe, presque tendrement, le paysage. alors, il se retourne vers toi, semble détailler ton visage, et te demande, « de quelle couleur dois-je peindre les vagues, tu crois ? » – « Ici les gens sont fous. » c'est ce qu'elle marmonne depuis dix jours qu'elle s'est installée au village, ce village de pêcheurs où tout paraît figé dans le brouillard. Elle marche sur cette plage longue comme un couteau, cette baie parfaite et sans accroc. Elle pense que rien ici ne peut vous surprendre, les gens, les gestes, la vue, comme un tableau sans cesse repeint à l'identique. Elle se demande comment elle est arrivée ici, s'étonne de s'être laissée menée par un courant invisible et de se sentir comme au sortir d'un rêve. Il y a un mois à peine elle vendait des plaisirs dans un shop sur deux étages de la banlieue de Tokyo. Puis elle avait reçu cette lettre de la femme qui l'avait portée, cette mère malade qui léchait ses plaies dans une clinique, chez elle. Par chez elle il fallait comprendre dans ce pays qui était à moitié le leur. Elle avait écrit lentement avec cette langue que Yoko avait apprise, aimé et tendrement oublié. Elle lui avait raconté de folles histoires, des histoires qui parlaient d'océan... La fille pour voir la mer, la mère pour voir la fille, elles s'étaient rencontrées dans cet hôpital sur la plage. Elle y était resté sept jours avant de se laisser glisser le long de la côte, le long de la côté jusqu'à Almayer, le long de la côté jusqu'à Almayer et cet emploi inespéré. « Couple d'artistes en villégiature cherche nounou pour petit garçon de deux ans. Fumeurs s'abstenir. », deux phrases coincées dans un torchon régional, plus un numéro de téléphone. Quand elle leur avait demandé ce qu'ils faisaient de leur villégiature, ils avaient répondu que six mois par an, ils ne peignaient plus les Hommes, ils peignaient la mer. « Ici les gens sont fous. » Avait-elle marmonné. Puis elle avait pris cet enfant par la main. Ce soir là sur la plage avec le garçon sur son dos, ils avaient regardé des heures l'artiste et sa toile à peine esquissée. Suspendus à ce pinceau qui flottait mollement au dessus du tissu ciré. De quelle couleur les peindre tes vagues ? Facile. « En bleu. » Elle avait posé l'enfant les deux pieds joints devant elle et l'avait embrassé sur l'épaule. « A demain Léo. »


Dernière édition par YŌKO le Lun 4 Juil - 21:29, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : gamine.
crédits : timtim (peach')

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Sam 2 Juil - 21:30

(t'es belle, je crois que je n'ai rien à dire d'autre pour l'instant, ah si, tu m'as donné (malgré toi) une nouvelle idée de perso que je vais m'empêcher de réaliser )

I love you I love you I love you

_________________
ALLEZ VIENS,
ON S’EMMÈNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : 29
avatar : kiko mizuhara
crédits : wkoi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Dim 3 Juil - 11:58

C'était quoi?
J'ai fini princesse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : gamine.
crédits : timtim (peach')

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Dim 3 Juil - 12:13

(c'est mon aël, que je voulais faire bien plus jeune à la base mais qui a pris un petit coup de vieux Arrow c'est grâce au métier de ta demoiselle, entre autre )

Citation :
Elle pense à un père terrifié qui va passer sa vie contre le sein froid de sa femme. Le cœur faible, l'amour sans courage. Elle pense à une grande maison qui n'a de foyer que le nom. Elle se dit que ce qu'elle veut, c'est un enfant pour guérir de l'enfance.

Citation :
Enrouler les regards dans une grande bobine, la dérouler un peu pour y lire son propre désir. Désir de corps, de sucs, bientôt assouvi par des hommes et des femmes croisés au détour d'une phrase, comme saisis. Il suffit d'être saisis par ce pincement au cœur, une bouche entrouverte, une main timide. Alors c'est l'invitation au voyage, on se surprend et on se réinvente dans les bras de l'autre, à la recherche d'un peu de tendresse.


c'est trop joli, tu sais, tes mots, c'est vraiment beau.

pour la mise en situation, la voilà (et si elle ne te convient pas, n'hésite pas à me le dire ) :
Citation :
le pinceau à la main, il scrute l'horizon. vite, trop vite, le soleil se laisse avaler par les vagues et l'obscurité enveloppe, presque tendrement, le paysage. alors, il se retourne vers toi, semble détailler ton visage, et te demande, "de quelle couleur dois-je peindre les vagues, tu crois ?"

_________________
ALLEZ VIENS,
ON S’EMMÈNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt-quatre ans.
avatar : miller.
crédits : /

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Lun 4 Juil - 20:00

coucou toi
j'ai appris que tu étais à l'origine de la ré-ouverture de notre petit bébé.
j'suis contente de te (re)voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : 29
avatar : kiko mizuhara
crédits : wkoi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Lun 4 Juil - 21:31

J'ai terminé ma petite histoire ashamed
Eoin, oui je ne l'espérais plus, merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : dix-sept ans.
avatar : a.p.
crédits : moi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Mar 5 Juil - 21:10

je m'occupe de toi, je suis là, rapide comme l'éclair (ou pas Arrow)
ta fiche est vraiment trop jolie. j'aime beaucoup l'idée générale de son arrivée ici, et puis j'aime tes mots, et puis, forcément, finalement, évidemment, j'aime ta demoiselle. j'ai trop hâte de la voir déambuler parmi nous.

(et je me suis trompée de compte pour te valider mais tant piiiiiis I love you I love you)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : 29
avatar : kiko mizuhara
crédits : wkoi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Mar 5 Juil - 22:10

merciiii! bientôt un petit sujet ensemble?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : dix-sept ans.
avatar : a.p.
crédits : moi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Mar 5 Juil - 22:12

ouiiiii. avec kishi l'indomptable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : 29
avatar : kiko mizuhara
crédits : wkoi.

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   Mar 5 Juil - 23:17

voui, quand tu veux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'ENFANT SEUL.   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ENFANT SEUL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Première Epoque: L'Enfant seul caché sous le matelas du monde.
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
océan mer ♒ :: évadez-moi. :: la couleur de ton âme. :: pour la vie il n'est pas d'antidote.-