AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 boîte aux lettres de ulysse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

MessageSujet: boîte aux lettres de ulysse.   Jeu 4 Déc - 20:28

bouteille à la mer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Dim 7 Déc - 17:57

bon jour.
ou bon soir.
je ne sais pas. je ne sais pas même si je dois t'appeler tu, ou vous. par politesse, la seconde proposition semblerait être la meilleure. pourtant.
j'ai vu le sel rougir tes joues, et les dévorer. c'était pas beau à voir, parce que toi, t'es trop beau.
je ne pensais plus les hommes capables de pleurer. et les larmes sont moches mais sur toi elles rayonnent. un peu d'espoir dans le désastre. un peu d'espoir dans les astres ?
parce que, je ne sais pas pourquoi, mais j'étais là. près des vieux bateaux, près de toi. et je dis, un peu d'espoir dans les astres, parce que je ne l'ai pas choisi.
je suis venue.
je t'ai trouvé.
et c'est tout.

qu'avais-tu, dis-moi, ulysse ?
n'aie pas peur. je n'aime pas parler non plus.
alors j'écris.

c'est plus facile d'écrire.


- bong.


_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Dim 7 Déc - 20:05

la mer avale tout, la mer salvatrice, la mère salvatrice. elle écoute. c'est différent. elle noie la peine. et puis l'amour perdu, aussi, parfois.
dans tous les cas, je ne t'aurais pas laissé te noyer. j'aurais peut-être été ces barques qui ne flottent qu'à moitié, parce que moi aussi, je me noie un peu. mais au moins nous aurions été deux.
et dis-toi que tu n'étais pas seul.

la mer est l'amante de la terre, et tous les jours elle l'aime comme elle se le doit. la mer guérit tout. tu devrais y retourner.
et peut-être qu'elle te parlerait comme ta propre maman le ferait.
que t'a-t-elle appris lorsque tu étais petit ?
peut-être d'aimer.
peut-être de croire.
et si ce n'est pas le cas, c'est moi qui te l'apprends aujourd'hui.
il y a toujours assez d'espoir dans les astres, car s'ils m'ont conduit à toi, je me dis qu'ils doivent aimer les Hommes, et donc ta maman.
il y a toujours assez d'espoir dans les astres, oui. même dans la nuit ils continuent de briller. même quand il n'y a plus rien, ils sont toujours là, au creux de la poitrine du néant. incandescents.
et ce qui sortait de tes yeux, ça ressemblait un peu à des étoiles aussi. alors, dis-toi que même dans ta tristesse tu brilles dans la nuit.

que veux-tu donc que je te raconte ?
je ne suis que des histoires.
et les histoires sont fausses.
dis moi, t'es-tu déjà demandé si tout ce que tu avais aimé n'était que mensonge ?
moi, j'ai cessé de me poser la question, puisqu'on m'en a donné la réponse.
le blanc n'était que noir. on m'avait bandé les yeux d'un filtre négatif.
si même l'amour ne peut-être véritable, en quoi devrions-nous croire ?

en la mer.
la mer guérit tout.
nous devrions y aller ensemble un jour.
plus tard.


- bong.

_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Dim 7 Déc - 21:51

je crois que j'aurais pris l'eau entièrement pour te laisser l'air.
j'aime bien la mer.
si je dois mourir, je préfère me noyer. l'immensité me rassure.

elle a raison ta maman.
tu sais, que t'apprendras.
le monde t'apprendra.
elle t'apprendra aussi.
peu importe l'issu ou le résultat.
et c'est peut-être qu'un maigre réconfort.

et puis, dis-toi que moi, je peux être là aussi.
mais encore, ça veut rien dire, je suis pas grand chose. que des morceaux brisés éparpillés. c'est des cicatrices au coeur que j'ai.
mais bon.
moi, je veux être là.

c'est vrai qu'on n'est sûrs de rien, le soir.
mais tu dis ça comme si ça signifiait que seul le malheur pouvait arriver.
si on n'est sûrs de rien, dis-toi que le bonheur aussi est à portée de main.
que tu peux l'attraper.
que tout finira peut-être bien.
alors non on n'est sûrs de rien, le soir.
je suis d'accord.

si c'est elle qui est partie, c'est elle qui a mal aimé.
tu sais, c'est pas de ta faute si elle avait le coeur à l'autre. ça devait être un bandit, une crapule. il devait le lui avoir volé depuis le début. et peut-être qu'elle, pensait le récupérer avec toi. mais il est revenu et lui a montré. et puis elle, elle voulait vivre, alors elle l'a récupéré. mais c'est pas de ta faute. toi, t'as su lui redonner un coeur de substitut. t'étais à deux doigts de recréer un coeur, un vrai, un qui bat ! s'il était pas arrivé, t'aurais réussi.
c'est ça, ton secret, en réalité.
t'es le menuisier des coeurs.

j'ai une histoire à moi.
mais mon histoire c'était lui.
j'ai trop aimé, c'est sûr. dans la démesure. je voyais dans son regard l'océan des demains, et lui me les a arraché. alors j'ai plus vraiment de demain. il disait qu'il m'aimait, tu sais, et je pense qu'il le faisait. mais pas autant que moi.
parfois il criait.
c'était toujours de ma faute.
parfois il mentait.
c'était toujours de ma faute.
parfois il me frappait.
c'était encore de me faute.
et même quand il me trompait.
c'était moi qui le forçait.
il a retourné l'esprit de mes amis, leur a dit que je n'étais que folle. ils l'ont cru. parce qu'il était beau, lui, qu'il paraissait pas brisé. moi je l'aimais trop pour lui donner tort. alors je suis restée folle.
folle d'amour pour lui.
et un jour je suis partie.
et c'était moi la folle.
et j'étais toujours amoureuse.
et lui était toujours destructeur.
j'ai failli en mourir.
et je l'aime encore.

mais, comme je te disais, je n'ai pas d'histoire. comme lui ne m'aimait pas, et que c'était lui mon histoire, alors mes histoires sont fausses.
je n'ai pas d'histoire, je t'ai dit.
je n'ai pas menti.

la surface je ne la vois toujours pas.
c'est comme un ciel trop sombre, tu sais.
sans astre celui là.

et je voudrai voir la mer.
je voudrai voir la mer avec toi.


- bong.

_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Dim 7 Déc - 23:33

et si tout ce que j'ai sur les épaules nous noyait, tu ne m'aurais pas laissée ?
parce que moi, j'aurais refusé de t'infliger ça.
ce n'aurait pas été équitable.
je t'aurais sauvé.
je te sauverais toujours.
avec le peu de force qu'il me restait.
et j'aurais laisser le reste m'engouffrer.

ça se répare, les morceaux brisés ? t'as de la colle pour mon coeur, menuisier ? parce que moi, j'ai beau essayer, ça marche pas. ça marche jamais. c'est comme des aimants qui ne veulent plus se retrouver, qui se sont trop touchés. et maintenant, même les morceaux réunis, ensemble ils ne riment à rien.
à quoi sert un coeur s'il n'est pas habité ?
toi qui les fabrique, peux-tu m'expliquer ?

alors on se rencontrera un soir. près de la plage.
parce que si le soir tout doit être espoir, peut-être alors placeras-tu le tien en moi. et peut-être aurais-je la force alors de me battre un peu.
pas pour moi.
pour toi.
pour te sauver.
je t'ai dit que je te sauverai.
à bras le corps s'il le faut. toi tu ne t'engouffres pas. tu ne sombres pas. les étoiles te jalousent et quittent le ciel pour venir dans tes yeux ; quelle preuve de ta beauté.

ils sont peut-être beaux, mes mots, mais surtout vrais.
les bateaux ont une âme, alors, tu devrais savoir prendre soin des cœurs.
pour redorer leur coque. refaire l'intérieur. et régler le gouvernail.
pour que tes cœurs puissent maintenir le cap. ne plus se perdre en chemin.
moi j'y crois. et tu pourras essayer sur le mien, si tu veux.
mon coeur est un vieux bateau naufragé.
une épave abandonnée.
il est fragile, c'est vrai.
mais je suis sûre que tu es plus doux que tu ne le penses.
alors je te l'offrirai.
tu le réparerais pour moi, dis ?

quelques mois sont une histoire.
sept années sont l'Histoire.
je n'ai connu que lui.
j'aurais aimé ne connaître que lui, tu sais.
il le voulait pas. on m'a dit que c'était une maladie. qu'on pouvait rien y faire. que je ne pouvais rien y faire.
j'ai pas pu le sauver. depuis quand aimer aussi fort, ça suffit pas à sauver ?
il est peut-être cendre aujourd'hui. il s'est peut-être foutu en l'air - il disait qu'il le ferait, j'ai jamais vraiment su pourquoi -. ça tournait pas rond. les engrenages ne correspondaient pas, y'avait un problème quelque part.
peut-être que c'est moi qui l'ai rendu fou.
peut-être que lui aussi il était fou d'amour.

c'est vrai qu'ici on peut oublier ?
parce que moi, je vois son visage dans tous les garçons.
et noie son image dans toutes les filles.
c'est ridicule, tu me diras. mais c'est me venger de son emprise.

et si ce ciel était déjà clair ?
je t'ai parlé, des filtres négatifs.
et s'ils restaient collés sur mes yeux toute ma vie ?
et si toujours je voyais mal dans le bien et bien dans le mal ?
dis, tu penses pouvoir me le retirer ?
moi j'ai essayé. j'arrive à rien, j'y arrive jamais.
jamais toute seule.
jamais sans homme.

jamais sans toi ?


- bong.

_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Lun 8 Déc - 22:29

les algues mortes s'échouent sur la rive.
elles arrivent par les marées, une fois qu'on les a arraché de là où elles venaient.
on est encore sur la rive.
mais moi je suis arrivée comme les algues.
un peu morte et desséchée.
je ne pense pas qu'on puisse sauver les algues mortes.
je pense qu'elles se sauvent elles-même.
mais que la plupart se meurent définitivement sur le sable.
se laissent choir dans les bras de la mer.

même si je crois pouvoir être sauvée.
c'est possible.
dans des draps blancs et au coin d'une cheminée.
dans des bras chauds, qui jamais ne mentiraient.
je crois.

on caresserait les astres alors.
la ligne d'horizon n'existe plus la nuit.
elle se noie dans l'ombre.
et si les étoiles se noient sur ton visage, elles paraissent pourtant bien plus près lorsqu'elles n'appartiennent plus au ciel.
ce serait tellement plus facile de les attraper. du bout des doigts.
je t'en donnerai assez pour que l'espoir te vienne, et te répare un peu.

je t'en remercie.
mon bateau-coeur sera celui qui naviguera vers les astres.

je ne sais pas. je ne sais plus.
j'aimerais que cela ne compte pas, ou plus.
la réponse sera la suivante alors.
je vis.
tu me dis que c'est ce qui compte, non ?

je les vois les couleurs.
mais elles ne sont que nuances de gris, oui.
elles s'étouffent dans la nuit.
et parfois, elles brillent un peu plus.
peut-être que ce n'est pas si grave, alors ?
qu'il me suffit de re colorier le monde ?
quelle couleur a le bonheur ?


et à quand la plage ?



- bong.

_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt ans.
avatar : ira chernova.
crédits : cripsow.

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   Mar 9 Déc - 21:09

je ne sais pas.
je crois que c'est normal encore de ne pas savoir.
mais si tu le dis, je veux bien te croire.
un peu, pas entièrement.
comme j'ai un peu de mal à voir le bleu du ciel.
comme j'ai un peu de mal à voir les couleurs.
mais j'essaie, promis.
j'essaie vraiment.

et si tout est possible, si j'y crois,
alors je veux caresser l'impossible du bout des doigts.
garder les étoiles.
et ne plus jamais les lâcher.

tu pourrais oui.
moi, j'en prendrai assez pour y croire.
et puis si j'en ai trop je t'en donnerai encore.
pour que tu guérisses de nouveau.
définitivement cette fois.

la vie n'a pas de sens ici.
les jours sont tous gris et se ressemblent.
quelque chose d'insensé peut-il compter ?
je crois.
mais j'ai du mal à l'appréhender - et j'arrête avec mes questions, je te le promets.

les couleurs oui.
je les vois un peu dans tes lettres.
le bleu de l'encre.
il est réel, lui. c'est comme le bleu de l'océan qui était derrière toi la première fois que je t'ai vu.
tu es la seule couleur que j'ai pour le moment.
et tu es bleu.
c'est une couleur froide, mais calme.
le bleu constant.
et j'apprécie cela.

pas encore de bonheur, alors.
mais le début de l'arc-en-ciel.
est-ce le soleil qui me manque pour l'achever, ou bien la pluie ?

je t'attendrai sur la plage alors.
le soir. la tête vers les étoiles.
dans l'espoir de te rencontrer.



- bong.

_________________
sous les décombres
de nos édifices sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: boîte aux lettres de ulysse.   

Revenir en haut Aller en bas
 

boîte aux lettres de ulysse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ULYSSE mâle yorkshire toy 5 ans SPA DOUAI 59
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» Des chiffes et des lettres : ((((69x11):3)-167)x7)+299 = ?
» Des chiffres et des lettres : Salope
» Ulysse, pour vous servir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
océan mer ♒ :: joue avec moi. :: version quatre.-