AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 tu sais pas, tu sais jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
âge : vingt
avatar : xannie
crédits : ramsey

MessageSujet: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 2:07

« Tais-toi, rêveuse !
Tu me fais trembler… Tu te briseras les os, en retombant sur la terre. »
RAMSEY/CAMILLE/XANNIE CATER/(©ZOLA)

ROSE, ENAE

INVITATION AU VOYAGE
Juste comme ça, comme on donne un bonbon à un gosse, comme on aide le vieillard à traverser, comme on sourit à la petite fille du bus, il a tendu la main. Elle était belle, sa main. Elle avait l'air d'avoir traversé les mers, les continents. Tout avait cet air-là chez lui. Tout semblait avoir été vieilli par les embruns (parce que la mer, elle est belle, mais elle te bouffe la peau et te ronge les os). Et sa paume au ciel, c'était comme une porte ouverte sur un monde éloigné du mien, un monde où les tempêtes détruisent les navires, un monde où les gens crient et pleurent la mort de leurs amours.
Sa main ouverte, c'était une invitation au voyage, à un voyage que je n'étais pas sûre de vouloir faire. Parce qu'il est bien, mon monde. Il est doux, il est calme. Y a jamais de tempête, et personne ne pleure chez moi. Enfin, parfois, il pleut un peu (parfois, y a même de l'orage et du vent), mais tout va mieux après, et tout va bien pendant. Il faut toujours un peu de gris dans le ciel bleu. Et puis, personne ne crie ici, personne ne pleure. Enfin, parfois, si. Mais je les soigne, moi. Je les prends dans mes bras, je panse leurs plaies. C'est ce que je fais de mieux, panser les plaies. Un bisou magique et le bobo est parti. Je prends la douleur, et je l'envoie loin. Et un jour, je guérirai le monde entier. Je guérirai ces gens de l'autre monde, ceux qui crient et pleurent. Un jour, j'empêcherai les cœurs de couler. Un jour, je panserai tout le monde. Y compris lui, et sa main tendue. Ce voyage, je n'étais pas sûre de vouloir le faire.
Et pourtant, sa main tendue vers moi, je voulais y poser la mienne. Dans sa grande main violentée, ma petite main toute neuve aurait voulu s'y briser. Il aurait dessiner de nouvelles empruntes, des nouvelles cicatrices (à côté de celles des chutes infantiles et des épines des roses). A la fin, j'aurais pu poser ma main dans la sienne, j'aurais pu me donner entière à lui, sentir son étreinte briser chacun de mes os, sentir mon cœur battre en écho contre sa cage thoracique vide (parce qu'il a pas de cœur, lui. ou peut-être que si, mais il ne bat plus depuis longtemps). Je me serais bien abandonnée.
Mais ce n'est pas en s'abandonnant à lui (il était perdu, lui, perdu aux abysses de l'Océan, perdu dans la violence des tempêtes et de la mort des navires) qu'on sauve le monde. Alors, son invitation, je l'ai refusé, je n'ai pas posé ma main dans la sienne. Je ne lui ai pas donné mon sourire, ni mon regard, ni mon cœur. Et en repartant, j'ai vu sa main se fermer, je l'ai vu faire demi-tour, calmement (il était capable de calme, au final ?).

SILENCE
En silence, je fleuris.
En silence, je deviens rose, Rose.
(“Je vais t'allumer, tu vas brûler comme un feu. Comme les feux des forêts, ceux qui partent et qui ne s'arrêtent pas. Ceux qu'on ne peut contrôler qu'avec les grands moyens. Tu vas partir, comme ça. Ton corps, tu le contrôleras plus, tu vas voir.” qu'il a dit.)
En silence, je fleuris. (moins un, deux, trois pétales)
En silence, je deviens rose, Rose.
(Je lui ai rien dit, parce que ça sert à rien tout ça. Je peux pas brûler, moi, je suis trop froide. Et puis, pourquoi vouloir détruire une fleur qui n'a pas encore eu l'occasion de fleurir ?)
En silence, je fleuris. (moins quatre, cinq, six pétales)
En silence, je deviens rose, Rose.
(Moi, j'ai pas compris. Je comprends jamais rien, de toute manière. J'ai pas compris pourquoi ses mains étaient aussi dures. Je pensais qu'il voulait cueillir calmement. Mais il a tout arraché, il a tout arraché. Même mon sourire.)
En silence, je fleuris. (moins sept, huit, neuf pétales)
En silence, je deviens rose, Rose.
(La vague s'est retirée, emmenant avec elle une partie des pétales. Devrais-je la remercier de m'en avoir laissé quelques uns ? Je pense partir sur ses traces, je dois retrouver mon sourire, sinon, comment je pourrais sauver le monde ?)
En silence, je fleuris. (les pétales peuvent repousser ?)
En silence, je deviens rose, Rose.
(Je n'ai pas retrouvé mes pétales, je n'ai pas retrouvé mon sourire. Je crois qu'il est parti au loin, trop loin. Il a peut-être coulé tout au fond, là où tout est perdu. Je ne peux pas sauver le monde sans sourire, je peux pas. Un pas, et tout est terminé. Je veux retrouver mon sourire, tout au fond, là où tout est perdu. Juste un pas et voilà.)
En silence,
En silence, (et leurs cris)
(Je n'arrête plus de mourir depuis l'autre fois. S'ils n'avaient pas été là, si j'étais vraiment partie, au moins, ça aurait été terminé. Ils pensent avoir allongé ma vie, mais ils ont allongé ma mort.)
En silence, je fane.
En silence, plus de rose, Rose.
(Je sauverais le monde quand même, je pense, avec un faux sourire, ça peut peut-être marcher, qui sait ?)


mise en situation

Citation :
dans les ruelles - un pieds devant l'autre - dans les ruelles, tu trébuches, et tu roules, roules, roules, les genoux rouges et des bleus sur le corps tout entier, tu rebondis sur les pavés. c'est une jeune fille qui arrête ta chute, une enfant aux longs cheveux longs qui te tend la main.

Comme un éclair dans une journée ensoleillée, mes pieds me trahissent. ça arrive parfois, ils trainent un peu, par impression d'avoir trop foulé un sol, ils se laissent aller, et entraînent le reste de mon corps avec eux. Je sens chaque pierre, chaque pavé quand je leur passe dessus (je sens chaque bleu, chaque coupure quand je leur passe dessus).
Puis l'arrêt.
Je pourrais mourir ici, oui, ici, ce serait bien. Alors, je reste un peu, quelques secondes, sur le sol, les yeux clos, comme si j'attendais qu'elle vienne me cueillir, la Mort, avec sa grande faux. Mais c'est pas la Mort qui est là quand j'ouvre les yeux. C'est pas la Mort, c'est un ange. Un ange aux longs cheveux, qui virevoltent et dégagent un doux parfum de lila (je le sais, elles poussent derrière le magasin). (...)


Dernière édition par Rose Enae le Ven 5 Déc - 19:25, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
crédits : -

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 2:45

elle est belle,
je l'aime bien rose.

_________________
For whatever we lose
(a you or a me)
it’s always ourselves
we find in the sea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : une comète n'a pas d'âge.
crédits : quelqu'un.

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 10:20

non mais mais mais
mais tes mots je meurs moi.
ton avatar et puis le pseudo et puis la vague et puis la citation, déjà
mais tes mots.
j'en perds les miens.
           



Rose Enae a écrit:
Mais ce n'est pas en s'abandonnant à lui (il était perdu, lui, perdu aux abysses de l'Océan, perdu dans la violence des tempêtes et de la mort des navires) qu'on sauve le monde. Alors, son invitation, je l'ai refusé, je n'ai pas posé ma main dans la sienne. Je ne lui ai pas donné mon sourire, ni mon regard, ni mon cœur. Et en repartant, j'ai vu sa main se fermer, je l'ai vu faire demi-tour, calmement (il était capable de calme, au final ?).

là, tu m'as tuée, voilà.

_________________
excusez-moi, j’embrasse le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : gamine.
crédits : timtim (peach')

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 14:52

oh, une si jolie villageoise à l'âme et au regard si doux.
moi, c'est ici que je suis morte
Citation :
Et pourtant, sa main tendue vers moi, je voulais y poser la mienne. Dans sa grande main violentée, ma petite main toute neuve aurait voulu s'y briser. Il aurait dessiner de nouvelles empruntes, des nouvelles cicatrices (à côté de celles des chutes infantiles et des épines des roses). A la fin, j'aurais pu poser ma main dans la sienne, j'aurais pu me donner entière à lui, sentir son étreinte briser chacun de mes os, sentir mon cœur battre en écho contre sa cage thoracique vide (parce qu'il a pas de cœur, lui. ou peut-être que si, mais il ne bat plus depuis longtemps). Je me serais bien abandonnée.
j'ai même relu le paragraphe trois fois.
merci pour le merveilleux dans tes mots, camille.
(et puis, j'oublie toujours de dire bienvenue aux gens, j'y repense une seconde avant de cliquer sur envoyer mais, vous êtes déjà chez vous, depuis toujours. )

_________________
ALLEZ VIENS,
ON S’EMMÈNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt-quatre ans.
avatar : miller.
crédits : /

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 17:58

quelle jolie villageoise tu nous fais là.
hâte d'en lire plus, je passe trop tard, les deux on déjà tout dit.
je repasserai très vite sur ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : vingt
avatar : xannie
crédits : ramsey

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mar 2 Déc - 23:30

c'est vous qui me tuez avec votre amour.
vous êtes tous tellement beaux, et adorables, merci. I love you
je suis vraiment contente de la réouverture, le forum m'avait manqué. (je suis un peu rouillée par contre). (et je fais d'ailleurs mon analyse du semestre sur deux pages d'océan mer, le bonheur).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : gamine.
crédits : timtim (peach')

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Mer 3 Déc - 13:43

oh. ils sont émouvants tes mots, dis.

Citation :
dans les ruelles - un pieds devant l'autre - dans les ruelles, tu trébuches, et tu roules, roules, roules, les genoux rouges et des bleus sur le corps tout entier, tu rebondis sur les pavés. c'est une jeune fille qui arrête ta chute, une enfant aux longs cheveux longs qui te tend la main.

_________________
ALLEZ VIENS,
ON S’EMMÈNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Jeu 4 Déc - 20:43

camille, camille, camille. j'ai dévoré et adoré tes mots, que c'est beau.
je veux la suite je suis heureuse de te voir là tu le sais, avec ta jolie rose.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
âge : vingt
avatar : xannie
crédits : ramsey

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Lun 8 Déc - 1:51

merci, merci, merci.
je prends un peu de retard, je suis désolée. je profite (plus ou moins parce que j'ai mes exams) de mes deux dernières semaines à manchester, et puis je suis toute à vous ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
âge : gamine.
crédits : timtim (peach')

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   Lun 8 Déc - 2:06

ne t'inquiète pas (bon courage pour tes exams et profite un peu pour moi aussi s'ilteplaît )

_________________
ALLEZ VIENS,
ON S’EMMÈNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: tu sais pas, tu sais jamais   

Revenir en haut Aller en bas
 

tu sais pas, tu sais jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un cheval et une jument sa donne un RP [Privé Memories]
» « J'ai besoin de prendre de l'altitude pour réfléchir à tout ce que j'ai fais de bien, de mal. Je sais que j'ai jamais été un exemple, mais oubliée mes actes passés » FT Demy
» tu sais pas, tu sais jamais
» Tu fumes après l’amour, toi ? J’en sais rien baby. J’ai jamais regardé. ∞ nathanne
» Maman est-ce que tu crois que les anges existent ? Non. Ah bon ? Oui, je ne crois pas, j'en suis sûre. Comment tu sais ? Je le sais car j'en ai un devant moi. Je t'aime maman, je t'aime tellement...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
océan mer ♒ :: joue avec moi. :: version quatre.-